Bien sur que je me rappelle la première visite de Madame Courtet.

La semaine d'avant nous avions aidées maman a refaire nos paillasses car nous pissions tous au lit. Maman faisait comme en Pologne, elle cousait deux draps pour faire une housse, les enfants les remplissaient de paille bien tassée. Puis nous l'aidions a faire les lits avec draps et couvertures et un dessus de lit en coton. Elle teignait des demi-draps en bleu pour les garçons, en rose pour les filles, elle les attachait aux pieds  et aux têtes de lit avec un élastique a culotte puis elle mettait deux rubans du même coloris. Nous a la croix rouge (louvoir) cherchaient tout le linge dont maman avait besoin, elle était connu pour sa propreté. Elle lavait les planchers a l'eau de javel, elle ne cirait pas car la "pisse" au lit tombait sur le plancher, il fallait le laver souvent.Nous étions six dans la grande chambre au 2 étage, trois grands lits, Monique et Annie, Jacques et jean-Claude et Claudette et Mireille. Il y avait une petite armoire sans porte, maman avait un rideau et les piles de linge étaient bien rangées et bien blancs. A côté, dans la petite chambre, il y avait un grand lit et un lit plus petit pour Serge, Joëlle et Martine. Maman et papa couchaient dans la grande pièce du premier étage qui servait aussi de cuisine.

Il y avait le fourneau, bois et charbon; Que de fois maman a arrachée le tuyau quand il devenait rouge, nous lui passions des serviettes mouillées pour boucher le trou de la cheminée car ça ronflait et ont attendaient que les pompiers viennent ou les copains du père viennent ramoner. Ce fourneau avait une fontaine d'eau chaude et maman mettait les briques dans le four qui nous servaient de bouillottes, qu'elle enroulait dans un journal, ça  nous chauffez bien les pieds.

Des fois ont assistaient à la fonte des "olives", notre père allait à la pêche avec les copains, et lui fallait ces fameuses "olives". Ont étaient tous assis autour de la table, les enfants, 2/3, les copains et notre père, c'était bien. Des fois, notre père enfournées des pommes de terre couvertent d'un papier aluminum et mangeaient ça, avec du sel.

Une fois, je devais avoir 4 ans, j'ai un flegmon , juste sous le menton, ma mère a fait venir le docteur Bénassy, je me suis retrouvée coucher sur la table, un mouchoir sur mon visage,( le docteur avait surement mis de l'éther), je suppose qu'il a soignait ce flegmon. J'ai toujours garder la trace ou le docteur Bénassy a ouvert.