img241Ma mère attendait le 7 ème enfant enfant, jusqu'à 17 enfants dont 2 fois 2 jumeaux, encore...

On allait à "louvoir", ça s'appeler comme çà a l'époque,( c'est le secours catholique maintenant ) chercher de la lainette et quelques vêtements. Les femmes étaient très gentilles avec nous, on repartaient les bras charger. Ma soeur jumelle et moi, bien entendu, on étaient les plus grandes, on avaient 7/8 ans.

 Nous tous,on a confrontais  la mort et nos parent aussi bien entendu. Vers l'âge de 7 ans et 8 ans, on a perdu une soeur a l'âge de 18 mois du "croup", une autre soeur, 2 ans, d'une malformation du coeur, un frère à 1 mois qui esr parti de la maladie "du nourrisson". laissant un "jumeau" tout seul......nous avions, les deux ainées,11ans. Je me rappelle, c'est un cheval qui avait un corbillard derrière lui et on suivait jusqu'à l'église puis au cimetiére.

Pendant les vacances, ma mère ne savait pas quoi faire de nous, nous enfermaient au 2 ème étage, nous étions 5 enfants ou 6, il avait un garde au 1 étage, c'était le chouchou du moment. Nous, on s'amusaient à gratter les murs ( c'étaient du plâtre), en a eu des gratiffis sur les murs......! et puis par la fenêtre, on avaient le plaisir de lancer des chaussures.............................etc, tout ce qu'on pouvaient envoyer sur les toits des voisins. Mes parents avaient la hantise, dans la rue, qu'ont fassent des bétises et qu'ont fassent humilées par les gens. Les gens aimaient pas les familles nombreuses, à l'époque, on ne comprend, nous.....Et puis maman était enceinte tout les ans et elle dormait beaucoup, que de fois nous l'avons réveillés en revenant de l'école...Avec les épingle à linge ont écrivait sur les murs de nos chambres, ont jouait a l'école et de la maitresse. Une fois, papa a eu une bonne idée de nous mettre une grande caisse en bois avec une grille dessus et des tourterelles dedans, pauvres bêtes, nous les avons arrosaient d'encre, elles étaient belles en bleu.....puis quand ont a eus marre d'entendre leurs roucoulement, ont les a laissaient s'envolées, qu'elle raclée nous avons eus droit, surtout notre frère Jacques.......Que de journées passées derrière la porte du 2 ème étage pour qu'elle s'ouvre, on  essayait bien de faire glisser le gros verrou qui fermer la porte, mais sans succés. Quand elle ouvrait, c'était le soir, ma mère nous donnais un morceau de pain avec du sucre et au lit. ( ça, c'était en fin de mois).

Alors forcément ont s'occupait avec les moyens du bord.  Annie etJacques, ils étaient souvent dehors, seul Monique et Jean-Claude restaient plus a la maison, quand a Mireille et Claudette ont étaient plus raisonnables ou simplement trouillardes.........qui sait..! Ils nous arrivait de faire le ménage (Claudette), et de repassait (Mireille), c'était selon

Quand la tv  est arrivée, nous passions beaucoup de temps devant la vitrine de chez Pathé-Marconi et les mauvaises langues ont signalaient aux services sociaux que des enfants trainaient le soir. C'est pour ça Claudette,Mireille,Annie et Jacques nous nous retrouvraient en pension à Bure.

img265